Échecs et maths

« Il faut réconcilier les élèves fâchés avec les mathématiques »

Pap Ndiaye, Ministre de l’Éducation Nationale

Les mathématiques sont évidemment indispensables dans l’enseignement. Même si l’élève devenu adulte ne les utilise plus par la suite, ces quelques années dans le secondaire lui auront permis de développer la rigueur, le raisonnement et à exposer correctement ses arguments. Car au-delà de la matière c’est bien cela qu’on apprend à travers les mathématiques, ces dernières pouvant être considérées comme un support pour acquérir ces compétences bien plus larges et transversales. Dans ce cas, nous pourrions même affirmer que les mathématiques sont la matière la plus simple pour développer ces méta-compétences. Aussi les mathématiques ont-elles une valeur pédagogique indéniable et serait-il utile de les garder le plus longtemps possible dans le cursus de l’élève.

En 2019 pourtant les mathématiques ont été retirées du tronc commun dès la classe de première par le Ministre Jean-Michel Blanquer. Cela a soulevé des indignations qui montraient surtout la méconnaissance de la situation actuelle dans les collèges. En effet, il arrive un moment où les mathématiques deviennent pour l’élève tellement hermétiques et ceci depuis tellement longtemps, que de les imposer en première n’a plus aucun sens. Une étude récente affirme que 20% à 25% des élèves de seconde n’ont pas un niveau satisfaisant en mathématiques… Qu’en serait-il en première ? Ces élèves, depuis des années, attendent que les heures passent. Cela développe un rapport néfaste à l’enseignement et à la connaissance, et pire, une dépréciation de soi certaine.

Le nouveau Ministre Pap Ndiaye, vient d’annoncer que les mathématiques seraient de nouveau obligatoires en première dès la rentrée 2023. C’est maintenant qu’on devrait s’interroger ! Les élèves de seconde ont-ils été mieux préparés ? Aucunement ! Nous les replaçons comme avant 2019 dans une situation d’échec pour deux ans de plus.

Par ailleurs, cela mobilise des moyens rares (enseignants et financements) qu’il aurait fallu déployer autrement. Pour les mathématiques les efforts devraient se porter en priorité en 6ème et 5ème. On appréciera donc une autre mesure annoncée : consolidation en mathématiques pour les élèves les plus en difficulté de 6ème, puis de 5ème en 2024 et de 4ème en 2025. En toute logique, le retour des mathématiques en première aurait dû être programmé pour 2028 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.