Ce fichu voile !

Le voile sera-t-il le sujet sur lequel chaque responsable politique se prendra les pieds ? Constatons un changement de vocabulaire : le voile devient fichu, et ce glissement pourrait voiler les intentions de l’objet et empêcher une réponse adéquate.

Il y a bien une chose que les islamistes ont réussi : apporter au sein de notre société une confusion des mots, des luttes et des idéaux.

Quelques exemples où tout se mêle :

  • Mélenchon dès 2017 balaye le sujet de la problématique du port du voile en parlant de chiffon dont Dieu n’aurait rien à faire.
  • Roussel en janvier 2022 est « contre » l’interdiction du port du voile des mineurs dans l’espace public, et se justifie en brandissant la laïcité.
  • Jadot en février 2022 défend les hijabeuses (et le droit de porter le voile pour jouer au foot) et dénonce la stigmatisation. Il soutient E. Moreno, la Ministre déléguée à l’Égalité femmes-hommes !)
  • Macron, le 12 avril 2022, se réjouit du libre de choix de porter le voile, puis lors du débat de l’entre deux tours, parle du voile comme d’un signe religieux et se reprend en le nommant « foulard ».

La liste est bien plus longue, car par électoralisme ou confusion, les dérapages se multiplient.

Pourtant dès les années 90 G. Bensoussan et quelques enseignants nous alertaient. Aujourd’hui N. Benstandji est un irremplaçable vigile sur le sujet. (voir liens vers ces ouvrages ci-dessous)

Il faudra oser un jour mettre en avant le fait que le voile n’est en rien spirituel, qu’il est sexiste et que la religion en est un prétexte.

Considérer le voile comme un signe religieux est donner une première victoire aux islamistes. Ceci fait, il faudra choisir entre laïcité et émancipation de la femme dans bien des situations. Evoquer la laïcité pour s’opposer au port du voile pour les mineures dans l’espace publique, c’est faire fi de l’égalité homme-femme dès le plus jeune âge.

Accepter le voile au nom de la tolérance, c’est donner une deuxième victoire aux islamistes. La tolérance a ses limites comme la liberté. Et cette tolérance-là aliène la liberté des femmes. Les femmes sont libres de sortir… voilées. (Burquini dans les piscines, hijabeuses…)

Aborder le sujet complexe du choix c’est entrer dans une impasse philosophique qui entrave toute décision pragmatique. Il faut considérer la pression familiale et communautaire et son importance quantitative dans toutes ses dimensions : du prosélytisme dans la rue à la fillette qui veut ressembler à sa mère, en passant par la peur du rejet. Les islamistes se réjouiront des valeurs des Lumières qui leur permettront de les éteindre.

Le sujet n’est donc pas léger : laïcité et émancipation de la femme, tolérance et liberté, choix et indépendance. Il faut être très clair sur les choix pour défendre les femmes jusqu’au bout et, avec, la république indivisible.

🥬

Liens

Publication originale Facebook : 👉 𝗖𝗘 𝗙𝗜𝗖𝗛𝗨 𝗩𝗢𝗜𝗟𝗘 !

Les territoires perdus de la République – ouvrage collectif sous la direction d’Emmanuel Brenner. Postface de Georges Bensoussan.
Privilégiez votre librairie, ou commandez sur lalibrairie.com

Naëm Bestandji, Le linceul du féminisme – Caresser l’islamisme dans le sens du voile
Privilégiez votre librairie, ou commandez sur lalibrairie.com

Laisser un commentaire